Je n’ai pas d’idée d’entreprise

Ne pas avoir d’idée peut constituer un frein important à l’entrepreneuriat. Mais…

Qu’est-ce qu’une bonne idée? D’où les idées proviennent-elles ? Qui décide si l’idée est la bonne? Comment fait-on pour savoir si l’idée est faisable?

Lorsque les entrepreneurs talentueux pensent et agissent de manière effective,   il n’y a pas de bonnes idées. Simplement des idées qu’ils implantent, et d’autres, qu’ils décident pour une foule de raisons, de ne pas le faire. Une bonne idée peut être une perte de temps, tout comme une mauvaise idée, peut être transformée en opportunité viable.

La façon la meilleure façon d’avoir une idée, c’est en réfléchissant aux choses que vous aimez, et celles que vous n’aimez pas, aux produits ou aux services que vous aimeriez obtenir, ou que vous désirez vous débarrasser. Pensez  aux ressources (temps, matière, argent, énergie, eau)  qui sont mal utilisées ou quelque chose qui revêt d’une importance capitale pour vous.

Explorez plus particulièrement vos loisirs, vos passions, vos habiletés, vos incapacités! Plusieurs entrepreneurs ont réussi à transformer ces facettes de leur vie, en entreprise rentable.

Les entrepreneurs talentueux démarrent généralement en affaires avec une idée très simple, à partir leurs moyens : Qui suis-je ? Qu’est-ce que je sais ? Qui je connais ? Qu’est-ce que j’ai ?

Copropriétaire de la Savonnerie Olivier, Isabel Gagné qui a appris les bases de la chimie alors qu’elle était étudiante (qu’est ce que je sais), commence à fabriquer chez elle, dans sa cuisine (qu’est-ce que j’ai), des savons qu’elle s’empresse de tester auprès de ses parents et amis (qui je connais). Les essais concluants, elle part sur la route avec deux variétés de savon en tentant de les vendre aux boutiques des alentours. Malgré les maigres ventes de 500 $ qu’elle a réalisées la première année, l’idée fonctionne. Des gens qu’elle ne connaissait pas, commencent à l’appeler pour avoir ses merveilleux produits. À cette époque, rien ne laissait présager que la savonnerie deviendrait un économusée qui serait fréquentée un jour par plus de 35 000 visiteurs par année.

La Savonnerie Olivier au Nouveau-Brunswick

En utilisant une combinaison de leurs moyens, les entrepreneurs talentueux imaginent les possibilités et passent à l’action. La plupart des fois, ils débutent à petite échelle, en utilisant les moyens dont ils disposent  et passent directement à la phase d’implantation, sans l’avoir auparavant soigneusement planifiée.

C’est l’action qui permet d’amener une idée au stade de l’opportunité. Ce qui compte vraiment, c’est le genre d’action qui vous donne la possibilité de proposer aux clients potentiels d’embarquer avec vous, de construire des prototypes,  de négocier pour réduire le prix d’un fournisseur ou convaincre une personne de cocréer avec vous.

Vous n’avez toujours pas d’idées? Pourquoi ne pas commencer par un problème que vous avez vécu et pour lequel, vous avez imaginé une solution facilement applicable sur le marché ?  Ou encore,  quelque chose d’amusant que vous avez le goût de démarrer? Ne cherchez pas une idée fantastique, une idée très simple qui vous demande le moins d’investissement possible, peut faire l’affaire. Par la suite, déterminez la première action que vous devez porter pour pousser votre idée plus loin et faites-le sans attendre. Rappelez-vous qu’accumuler de l’information n’est pas considéré comme de l’action.

Un petit conseil! Chaque dollar que vous économisez est un dollar que vous n’avez pas besoin de trouver. Utilisez ces quatre principes pour élaborer votre projet:

  • N’achetez jamais ce que vous pouvez louer;
  • Ne louez jamais ce que vous pouvez troquer;
  • Ne troquez jamais ce que vous pouvez emprunter;
  • N’empruntez jamais ce que vous pouvez obtenir gratuitement.

En conclusion, qu’où proviennent les entreprises viables? Elles débutent par une simple idée. Et les idées ne sont rien d’autre que de la matière première que vous devez transformer en quelque chose qu’il vous est difficile de prévoir tant que vous ne passez pas à l’action. Et ce qui transforme ces actions en entreprise viable, ce sont les engagements, qui se traduisent par des ventes et qui vous permettent de démarrer vos opérations.

Par Jean Lepage

Publicités

A propos jeanlepage

Œuvrant dans les domaines du développement économique et de l’entreprenariat depuis plus de 25 ans, Jean Lepage a contribué à soutenir un bon nombre d’entrepreneurs dans la création et l’expansion de leur entreprise. Il a aussi lancé à son propre compte plusieurs entreprises. Aujourd’hui, il dirige une équipe composée d’une quinzaine de professionnels en développement économique au sein de Développement économique – CLD Gatineau. Il siège aussi sur plusieurs conseils d’administration et tables de concertation de divers organismes. A titre d’auteur et chroniqueur, il s’intéresse à la créativité et à l’innovation. Auteur du livre " Innover pour prospérer ", il a aussi publié une quarantaine d’articles dans le journal Réseaux.
Cet article, publié dans Démarrage d'entreprise, Effectuation, Entreprendre et réussir, Entrepreneuriat, Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s