Comment développer une culture entrepreneuriale

À l’heure où les acteurs se questionnent sur les façons d’enrichir la culture entrepreneuriale des Québécois, il importe construire un sentiment d’autoefficacité collective face à l’entrepreneuriat, en nourrissant leur intention d’agir et en développant leur capacité de se réaliser à travers des projets entrepreneuriaux.

L’optimisme, dont font preuve naturellement les entrepreneurs, est lié à leur croyance en leur autoefficacité.  Les entrepreneurs sont autoefficaces parce qu’ils sont convaincus de leur capacité d’agir et de réussir, malgré la complexité des situations et les obstacles qu’ils risquent de rencontrer.

Le psychologue canadien Albert Bandura souligne que, plus les personnes ont une autoefficacité élevée, plus elles feront des efforts pour modifier leurs actions afin de s’ajuster de façon productive aux imprévus et aux incertitudes. Il est possible de développer un sentiment collectif qui favorise l’engagement de la collectivité dans des actions entrepreneuriales. Il y a donc un lien direct entre le sentiment d’autoefficacité de la population et le dynamisme de sa culture entrepreneuriale.

Selon Diane Pruneau, professeure à l’Université de Moncton, les croyances des personnes en leur efficacité collective influencent le type d’avenir qu’elles envisagent, la manière dont elles gèrent leurs ressources, les plans et stratégies qu’elles élaborent, la quantité d’énergie qu’elles investissent dans des projets et leur résilience lorsque les efforts collectifs ne produisent pas de résultats rapides ou lorsqu’une opposition vigoureuse est rencontrée.

Voici cinq stratégies afin de construire l’autoefficacité de québécois et stimuler leur goût d’entreprendre:

Premièrement,  leur fournir des occasions d’accomplir et de réussir un premier projet entrepreneurial, même s’il est très petit, ce qui réduira du même fait, les peurs reliées à l’échec. Sans agir, on ne peut réussir. L’action augmente donc les chances de succès et le sentiment d’auto-efficacité. En réussissant ou en apprenant à faillir intelligemment,  chaque personne qui se lance dans un tel projet risque d’agir de nouveau et le cycle action-autoefficacité se poursuit à travers des projets de plus en plus audacieux, de plus en plus fréquents, de plus en plus innovateurs. La société devrait ainsi valoriser l’immersion et l’expérimentation plutôt que punir l’échec ou l’esprit d’initiative.

Deuxièmement, souligner les succès des groupes qui se sont engagés dans la concrétisation de projets entrepreneuriaux. Ceci peut se faire à travers des activités de reconnaissance tel, le Concours québécois en entrepreneuriat, mais aussi à travers les médias ou lorsqu’un employé a, par exemple, fait preuve d’entrepreneuriat dans son travail.

Troisièmement, accroître la présence et la visibilité de modèles entrepreneuriaux dans les collectivités.  La perception de désirabilité de créer sa propre entreprise est influencée par la présence de ces modèles dans la communauté. La campagne http://www.parsenaffaires.ca de Développement économique-CLD Gatineau, vise justement à faire connaitre les leaders du monde des affaires auprès de la population.

Quatrièmement, encourager systématiquement la pensée positive face à l’entrepreneuriat.  Pour attirer l’attention des gens, les messages transmis par les médias, les enseignants, les intervenants, les politiciens,  les parents devraient davantage miser sur les aspects positifs de l’entrepreneuriat, tels le plaisir,  l’ingéniosité, la fierté, la réussite, la contribution à la richesse collective et au bien-être de la société, plutôt que l’usage de la peur, de l’échec, de l’argent et du sacrifice. L’énumération des dangers ne fait que provoquer des réactions de déni et de retrait.

Cinquièmement, augmenter les compétences entrepreneuriales, telles la pensée prospective qui pousse les individus à imaginer et à évaluer plusieurs scénarios, la résolution créative de problèmes, les techniques de négociation, la gestion des risques, la prise de décision à l’aide de données ambiguës ou la gestion du stress. Le milieu scolaire devrait de plus introduire dans ses contenus de cours, des notions de la pensée effectuelle, afin d’inciter les élèves à penser et à agir comme des entrepreneurs.

Ainsi quand on agit souvent et on réussi, quand on est positif, quand on sait comment on doit s’y prendre, quand on sait que d’autres l’on déjà fait…on croit de plus en plus en ce que l’on fait. Si cette façon de pensée est partagée par toute la population, on crée naturellement une culture plus entrepreneuriale.

Publicités

A propos jeanlepage

Œuvrant dans les domaines du développement économique et de l’entreprenariat depuis plus de 25 ans, Jean Lepage a contribué à soutenir un bon nombre d’entrepreneurs dans la création et l’expansion de leur entreprise. Il a aussi lancé à son propre compte plusieurs entreprises. Aujourd’hui, il dirige une équipe composée d’une quinzaine de professionnels en développement économique au sein de Développement économique – CLD Gatineau. Il siège aussi sur plusieurs conseils d’administration et tables de concertation de divers organismes. A titre d’auteur et chroniqueur, il s’intéresse à la créativité et à l’innovation. Auteur du livre " Innover pour prospérer ", il a aussi publié une quarantaine d’articles dans le journal Réseaux.
Cet article, publié dans CLD, Communauté entrepreneuriale, Démarrage d'entreprise, Développement local, Entreprendre et réussir, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Comment développer une culture entrepreneuriale

  1. Claude Ananou dit :

    Notre approche Synopp favorise cette auto-efficacité. En effet en commençant par des petites opérations, même si elles tournent mal, ces dernières vous permettront de connaître votre degré de sensibilité aux pertes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s