Demain, tous entrepreneurs?

Lors de mon passage à Lyon pour assister à la conférence internationale sur l’effectuation entrepreneuriale, je me suis intéressé plus particulièrement au dynamisme entrepreneurial des Français.

Les chiffres l’attestent, il  n’y a jamais eu autant entreprises en France. En 2010, 622 000 entreprises ont été créées, soit un bond de 87,2% par rapport à 2008. Mais en y regardant de plus près, sans doute stimulée par le statut réglementaire particulier des auto-entrepreneurs, l’entreprise individuelle représente 73,7 % des nouvelles entreprises. Ce type d’entreprise crée néanmoins peu d’emplois et a un impact très limité sur la richesse collective.

Si l’accroissement des auto-entrepreneurs amène un changement de culture, les Français ont encore une image très floue de l’entrepreneuriat. Créer son emploi, demeure encore la principale raison pour se lancer en affaires. Et selon un sondage réalisé pour le compte d’ENOV Research, quelque 40,4 % des Français sont incapables de citer une personne symbolisant les entrepreneurs.

L’entrepreneuriat est un phénomène diversifié, complexe et difficile à cerner. Il est difficile de différencier qui est l’entrepreneur entre l’installateur de couvre-plancher, le travailleur autonome ou quelqu’un de la même trempe que Steve Jobs. Afin d’être en mesure de bien saisir ces différences, il faut segmenter les types entrepreneurs. Une personne qui crée par nécessité par exemple, ne sera pas du même niveau que celui qui crée par opportunité. Parce que les comportements, les compétences et les défis diffèrent. Nous avons tendance à tord de les voir comme formant un tout.

Quoi qu’il en soit, chacun des types d’entrepreneurs peut réussir pourvu que les compétences, la psychologie et les attentes de chacun soient en parfaite cohérence avec leur projet. Autrement dit, que veut-il faire, que peut-il faire, quelles sont ses ressources, ses capacités, et ses attentes ?

Mais en incitant quelqu’un à se lancer coûte que coûte en affaires, parce qu’il se retrouve sans emploi ou sans ressources,  on risque d’empirer sa « fragilité » car l’absence de confiance en lui deviendra un obstacle quasi insurmontable, surtout s’il est laissé pour compte, sans support approprié.

La leçon de cette histoire : l’entrepreneuriat ne peut se développer adéquatement s’il est contraint, subi ou encore choisi par dépit,  en tout dernier recours. Il doit émerger d’une démarche positive, dynamique et volontaire.

Publicités

A propos jeanlepage

Œuvrant dans les domaines du développement économique et de l’entreprenariat depuis plus de 25 ans, Jean Lepage a contribué à soutenir un bon nombre d’entrepreneurs dans la création et l’expansion de leur entreprise. Il a aussi lancé à son propre compte plusieurs entreprises. Aujourd’hui, il dirige une équipe composée d’une quinzaine de professionnels en développement économique au sein de Développement économique – CLD Gatineau. Il siège aussi sur plusieurs conseils d’administration et tables de concertation de divers organismes. A titre d’auteur et chroniqueur, il s’intéresse à la créativité et à l’innovation. Auteur du livre " Innover pour prospérer ", il a aussi publié une quarantaine d’articles dans le journal Réseaux.
Cet article, publié dans Démarrage d'entreprise, Effectuation, Entreprendre et réussir, Pensées pour l'esprit, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Demain, tous entrepreneurs?

  1. Danye dit :

    Probablement le plus beau et le plus brillant commentaire sur l’entrepreneuriat que j’ai lu depuis des années! Bravo M. Lepage!

  2. L’entrepreneuriat par « dépit » est un phénomène qui était particulièrement fort au coeur de la crise au États-Unis. http://www.nytimes.com/2009/08/23/business/smallbusiness/23venture.html?pagewanted=all

    Je ne peux m’empêcher de faire une parallèle avec le programme STA ici au Québec. L’entrepreneurship de dernier recours est un champ miné. L’individu n’ayant pu se trouver du travail et dont la très petite entreprise ne « lève » pas, court des risque de détresse psychologique important…

    Bien que je crois que nous avons tous un potentiel entrepreneurial, encore faut-il être dans le bon contexte pour que ce potentiel s’exprime. Ce contexte-au bon endroit, au bon moment, avec la bonne solution et le bon financement-pour la plupart d’entre nous, ne se produira jamais.

  3. En tant que Française, et Conseillère en creation d’entreprise, spécialisée dans la TPE, je confirme et partage votre point de vue … La notion de creation d’entreprise est très globale en France et l’engouement des Français pour le Régime Auto-entrepreneur est bien souvent totalement dissocié de la conscience nécessaire liée à une démarche entrepreneuriale … De plus, le dispositif tel qu’il a été présenté au grand public, n’incite pa, bien au contraire, à associer projet et stratégie, projet et objectif à atteindre … Par conséquence, seuls les moyens qu’ils devront ou pourront mettre en oeuvre permettront de faire le tri entre createurs de revenus complementaires et createurs d’activité à dimension entrepreneuirale … Dommage pour la formation et la sensibilisation au métier de chef d’entreprise qui de mon point de vue est absolument nécessaire afin que chaque candidat à la creation d’enteprise prenne la mesure de sa responsabilité en interne et à l’externe de sa structure .

    • Danye dit :

      Madame Bernardin Supiot, j’aime bien votre appellation « conseillère en création d’entreprises », que je compte vous « voler » d’ailleurs…;-)…je vous l’avoue!

      En effet, nous avons le même problème au Québec, soit la volonté et les efforts des décideurs politiques de consacrer fonds publics et ressources importantes à la création d’entreprises mais très peu pour véritablement bien identifier les réels entrepreneurs.

      De beaux projets d’entreprises échouent chaque jour par manque d’accompagnement adapté à chaque entrepreneur, qui se sera plutôt efforcé de répondre aux dictats des différents programmes d’aide plutôt que de bien développer une réelle stratégie d’affaires en lien avec des objectifs trop souvent imprécis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s