Les moyens du bord- Papiers Cascades

Image

Par Jean Lepage lepage.jean@gatineau.ca

https://enaffaires.wordpress.com

Lorsqu’ils se lancent dans une nouvelle entreprise ou encore qu’ils veulent créer un tout nouveau marché, les entrepreneurs chevronnés préfèrent débuter par leurs propres moyens. Ces moyens sont de quatre types : qui sont-ils? Qu’est-ce qu’ils connaissent? Qui connaissent-ils et qu’est-ce qu’ils ont? Les débuts de Papiers Cascades en 1964, sont tout à fait en accord avec ce premier des quatre principes de l’effectuation. L’effectuation est la méthode utilisée par les entrepreneurs chevronnés pour faire face à l’incertitude.  

Pour lancer Cascades, Bernard Lemaire, qui vient d’abandonner ses études en ingénierie et se retrouve complètement fauché, propose à la Caisse populaire de Trois-Rivières de louer pour 3 000 dollars par mois l’usine de papier de Kingsey Falls. L’usine est fermée depuis sept ans. Propriétaire de l’usine et des dettes, l’institution financière accepte. Les Lemaire, Bernard, Antonio son père et plus tard, son frère Laurent, se mettent à l’œuvre pour faire fonctionner l’usine et dénicher les premiers contrats. Ils modifient les vieilles machines afin de transformer des boîtes de carton, de vieux journaux et des ballots de chiffon en pâte de papiers. Les Lemaire et les 13 employés de l’époque se relaient 24 heures sur 24 pour faire tourner les machines. Les temps sont durs, mais tous s’impliquent pour passer au travers.

Bernard Lemaire s’intéresse à la fabrication d’alvéoles de carton-pâte pour protéger les œufs. Antonio, un alchimiste dans l’âme, emprunte le mélangeur de son épouse Bernadette qu’il bourre de vieux papier pour trouver la bonne recette. Bernard découvre une vieille machine de fabrication danoise qui est transportée de l’ouest du Canada, pour être remontée et modifiée pour fabriquer les alvéoles.

En 1971, la multinationale Johns Mainville tente d’acheter Cascades pour se lancer dans la production de papier d’amiante. La mine d’amiante de la compagnie n’est située qu’à une vingtaine de kilomètres de Cascades. Les Lemaire refusent et proposent plutôt de fabriquer pour eux le papier et laisser à la multinationale le soin de distribuer les produits dans le monde entier. Le partenariat est formé.

Pour produire le papier d’amiante, les Lemaire achètent encore une fois une machine de seconde main, qu’ils dénichent au New Jersey. Quelque 65 camions seront utilisés pour la transporter jusqu’à Kingsey Falls.

La petite entreprise connait une forte croissance, pour atteindre finalement le stade de multinationale avec plus de 2 700 employés. Des filles et des fils de fermiers des alentours de la petite municipalité deviennent des employés de Cascades. La petite communauté s’enracine et prospère sous l’égide de l’entreprise.  

Dès débuts difficiles aux diverses tempêtes que l’entreprise a traversées, les employés ont été toujours là pour la soutenir. Cascades reconnait leur contribution en leur redistribuant 15 % des profits avant amortissement et impôts. Ce modèle participatif développé par l’entreprise au début des années 80 est un des plus avant-gardistes du Québec.

Partir avec les moyens du bord, économiser le plus possible en achetant et reconvertissant de vieux équipements, et créer de nouveaux marchés en innovant sont trois ingrédients clés qui ont contribué au succès de l’entreprise. Ce qui est étonnant avec cette histoire c’est le cheminement des Lemaire qui ont permis la création de Cascades. Leur premier contact avec le monde des affaires remonte en 1954 avec la création de la Drummond Pulp and Fiber. Cette entreprise récupérait le papier et le carton qu’elle vendait aux grandes papetières; elle récupérait aussi le verre qu’elle vendait à la compagnie Consumer Glass. Une première tentative de diversification avec la Drummond Pulp pour fabriquer de la pâte à partir de rebuts se traduisit par un échec.

En conclusion, chaque action qui contribue à faire progresser l’idée compte, même si le résultat est imprévisible ou que l’action entreprise s’avère un échec. Aucun des Lemaire n’aurait pu prévoir à leurs débuts, l’ampleur que prendra avec le temps Cascades. Une idée en amène souvent une autre. S’ils ne s’étaient pas lancés préalablement dans la récupération de ce qui constitue des déchets pour certains, l’entreprise Cascades n’aurait simplement jamais existé.     

Pour en savoir plus sur l’histoire de Cascades, lisez mon plus récent livre Entreprendre et réussir

Publicités

A propos jeanlepage

Œuvrant dans les domaines du développement économique et de l’entreprenariat depuis plus de 25 ans, Jean Lepage a contribué à soutenir un bon nombre d’entrepreneurs dans la création et l’expansion de leur entreprise. Il a aussi lancé à son propre compte plusieurs entreprises. Aujourd’hui, il dirige une équipe composée d’une quinzaine de professionnels en développement économique au sein de Développement économique – CLD Gatineau. Il siège aussi sur plusieurs conseils d’administration et tables de concertation de divers organismes. A titre d’auteur et chroniqueur, il s’intéresse à la créativité et à l’innovation. Auteur du livre " Innover pour prospérer ", il a aussi publié une quarantaine d’articles dans le journal Réseaux.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s