Les réseaux de Bernard Arnault de LVMH

Par Jean Lepage

lepage.jean@gatineau.ca

Blogue : https://enaffaires.wordpress.com

Selon la théorie des six degrés de séparation, il n’y aurait que cinq personnes de distance entre vous et Barack Obama. D’abord évoquée dans sa nouvelle intitulée Chaînes (Láncszemek) de l’écrivain hongrois Frigyes Karinthy,  cette théorie a été prouvée dans les années 60 par le psychologue Stanley Milgram.

Milgram avait demandé à 296 personnes de faire parvenir une enveloppe à un habitant de Boston par le biais de personnes susceptibles de le connaître. Le nombre d’individus nécessaires pour faire parvenir avait été de 5,2 personnes (six degrés de séparation).

Récemment, l’équipe de Facebook a repris cette expérience auprès des membres du réseau social. Il n’a fallu que 4,74 degrés – soit moins de 4 personnes – entre deux individus pris au hasard sur le réseau social. Les réseaux sociaux diminuent donc les distances entre deux personnes qui ne se connaissent pas, peu importe leur classe sociale, leur âge ou leur provenance. Et cette distance est réduite lorsqu’il s’agit de pays, de provinces ou de régions.

Selon un expert, ce sont les liens faibles – ces relations sociales plus lointaines particulièrement vivantes sur Internet –, qui expliquent ce surprenant résultat. Ces  liens faibles rendent notre monde plus petit et accessible à tous.

Pour Pierre-André Julien de l’UQTR, les réseaux à liens forts (réseaux personnels et d’affaires) confortent les entrepreneurs et diminuent l’incertitude. Ces liens sont très importants pour soutenir le développement des firmes.  Tandis que les réseaux à liens faibles leur fournissent de l’information complémentaire riche stimulant l’innovation. Donc, pour se développer plus rapidement et croître, les entrepreneurs doivent travailler leurs réseaux à liens faibles.

La réussite du multimilliardaire Bernard Arnault de LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy) est attribuée à son habileté à développer des réseaux à liens forts et à liens faibles. L’extraordinaire ascension de cet homme, l’a amené en 25 ans à se retrouver à la tête du plus vaste empire du luxe au monde, un domaine qui lui était pourtant étranger. En fouillant un peu plus son histoire, nous sommes loin du self-made man mythique à l’américaine. Bernard Arnault provient comme bien d’autres milliardaires, d’une famille prospère sur laquelle il pouvait compter. Sa famille établit sa fortune dans la construction.  Il a eu le flair pour reconvertir les actifs de la société familiale pour se lancer dans la promotion immobilière. Bien que cette expérience sera de bonne école, on est encore loin de ses débuts dans le luxe et de ses premiers milliards.

Les péripéties d’un groupe d’entrepreneurs français cherchant à s’implanter aux États-Unis à la fin des années 70, constitue le premier jalon de sa prodigieuse ascension dans le luxe. Bernard Arnault tente de se diversifier dans l’immobilier en Amérique du Nord, mais son expérience s’avère un échec. En revanche, cette escapade aux États-Unis lui permettra d’accroitre son cercle d’influence qui le mettra sur la piste de Boussac, un grand groupe français du textile en faillite pour la deuxième fois.

Mais c’est grâce au partenariat qu’il établit avec le grand financier Antoine Bernheim qui était pour lui un mentor, un compagnon fidèle, un sage, et un ami qu’il mettra la main, contre toute attente, sur le groupe Boussac et sa pépite d’or, la maison de couture Christian Dior.

Enfant, Antoine Bernheim a vécu la terrible épreuve de la déportation de ses deux parents à Auschwitz en 1943, après leur arrestation à Grenoble sur dénonciation.  L’homme réussit à gravir peu à peu les échelles de la haute finance pour devenir avec le temps un véritable faiseur de fortune. On dit d’Antoine Bernheim, qui est décédé en juin dernier, qu’il possédait un carnet d’adresses incroyable, du Pape à Emilio Botin, le président de Santander, en passant par Nicolas Sarkozy. La légende veut, en effet, qu’Antoine Bernheim ait été, avec Paul Desmarais, l’un de ceux qui ont convaincu Nicolas Sarkozy alors en pleine traversée du désert de ne pas quitter la politique.

Le duo Arnault- Bernheim échafaudera aussi la prise de contrôle de LVHM lors d’une grave chicane des principaux actionnaires. Cette dernière pièce du puzzle permettra à Bernard Arnault de contrôler 70 des plus grandes marques de luxe du monde.

La capacité d’un entrepreneur de s’entourer et de développer des réseaux contribue à son succès. Et Bernard ne fait pas exception à cette règle. Le vaste cercle d’influence de Bernard Arnauld s’est forgé à partir de son noyau familial bien sûr, mais il l’a aussi enrichie peu à peu en tissant des liens dans des sphères politiques, financières et entrepreneuriales de plus en plus influentes. Son réseau lui a donné accès aux opportunités et l’a appuyé dans le développement de ses entreprises.

Selon la méthode de l’effectuation, le premier principe consiste à partir selon ses propres moyens. Et pour y parvenir, l’entrepreneur doit exploiter justement ses réseaux à liens forts et faibles. Chacun de nous en possède. Chacun de nous pouvons les exploiter pour partir sa propre entreprise.

Pour en savoir plus sur la vie de Bernard Arnault, lisez mon tout dernier livre « Entreprendre et réussir : 10 success stories de bâtisseurs d’entreprises francophones »

Publicités

A propos jeanlepage

Œuvrant dans les domaines du développement économique et de l’entreprenariat depuis plus de 25 ans, Jean Lepage a contribué à soutenir un bon nombre d’entrepreneurs dans la création et l’expansion de leur entreprise. Il a aussi lancé à son propre compte plusieurs entreprises. Aujourd’hui, il dirige une équipe composée d’une quinzaine de professionnels en développement économique au sein de Développement économique – CLD Gatineau. Il siège aussi sur plusieurs conseils d’administration et tables de concertation de divers organismes. A titre d’auteur et chroniqueur, il s’intéresse à la créativité et à l’innovation. Auteur du livre " Innover pour prospérer ", il a aussi publié une quarantaine d’articles dans le journal Réseaux.
Cet article, publié dans Communauté entrepreneuriale, Démarrage d'entreprise, Effectuation, Entreprendre et réussir, Innovation, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les réseaux de Bernard Arnault de LVMH

  1. Ping : Le succès des entreprises milliardaires | Blog de Jean Lepage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s