Élections 2012: Les quatre vérités sur l’entrepreneuriat (2 de 4)

Seules les entreprises à fort potentiel méritent votre attention!

Par Jean Lepage

lepage.jean@gatineau.ca

Il existe deux grands groupes d’entrepreneurs, ceux qui créent des entreprises par nécessité (les sans-emplois, les statuts précaires…) et ceux qui les créent par opportunité. Un entrepreneur crée par opportunité lorsqu’il décide de quitter son emploi afin de saisir une occasion d’affaires. Dans les pays à faibles revenus, les entrepreneurs créent majoritairement des entreprises par nécessité. Tandis que dans les pays à forts revenus comme aux États-Unis, à Singapour ou en Norvège, les entrepreneurs créent par opportunité. Les créateurs par nécessité n’existent pratiquement pas. Malheureusement, les Québécois créent plus souvent leur entreprise par nécessité que par opportunité. Et dès que l’emploi se rétablit, on y remarque une baisse importante du taux d’entrepreneuriat.  

 

On observe une baisse de l’entrepreneuriat partout en Occident. Mais au Québec, elle est nettement plus prononcée. Plus prononcée aussi que dans l’ouest du Canada (Ontario compris). L’entrepreneuriat au Québec demeure très volatil, car c’est le marché de l’emploi détermine la tendance. Quand le chômage est élevé, que l’emploi est rare, les Québécois créent des entreprises, mais dès que le chômage se résorbe, le taux de création d’entreprise connait une chute, comme dans les pays les plus pauvres.

 

Mais nous aurions tort de mettre toute la faute sur la culture entrepreneuriale des Québécois. Sans nier l’influence de ce facteur, d’autres éléments expliquent tant de différence avec nos voisins. L’immigration, la croissance démographique, l’exploitation des ressources naturelles, l’agriculture, la législation moins contraignante ont beaucoup plus d’impact sur le taux d’entrepreneuriat et favorisent donc nos voisins. À cause de ces conditions favorables, ces provinces n’ont pas besoin de mettre l’effort que le Québec met pour renverser la tendance. L’entrepreneuriat est d’ailleurs moins organisé en Colombie-Britannique qu’au Québec où plus de 1 007 organismes y œuvrent.

 

Plutôt que tenter de tout faire, il faut plutôt cibler les efforts et accompagner d’avantage ceux créent par opportunité, particulièrement les entreprises à fort potentiel, c’est-à-dire, les entrepreneurs qui ont l’intention de créer au moins 20 emplois sur cinq ans.

 

Le travail autonome représente le pain et le beurre de bien des organismes d’accompagnement. Plusieurs mélangent cependant une mesure d’employabilité et l’entrepreneuriat à proprement dit. Les deux sont importants, mais ne sont en aucun point semblable tant en termes de motivation personnelle, d’attitude, d’ambition personnelle, de façon de pensée, ou encore d’impact dans la communauté. En général, le but premier d’un travailleur autonome consiste à vivre des revenus générés des contrats qu’il remporte, tandis qu’un entrepreneur met en place des moyens pour exploiter les opportunités d’affaires et ainsi réaliser certaines aspirations personnelles. Des deux, ce sont les entrepreneurs qui créent le plus d’emplois dans une communauté et de la richesse collective. D’où l’importance de concentrer collectivement ses efforts sur les entrepreneurs.

 

Dans les pays les plus riches, 1 % des adultes sont impliqués dans le démarrage d’entreprises à fort potentiel. En Grèce, où la crise économique sévit, 10 fois moins d’adultes sont impliqués dans le démarrage de telles entreprises. Il n’y a pas de données pour le Québec étant donné que le Canada ne fait plus partie du Global Entrepreneurship Monitor, mais j’estime qu’il est situé autour de 1 %. C’est au Québec et en Ontario que l’on semble retrouver le plus d’entreprises à forte croissance au Canada.

 

Les entrepreneurs en fortes croissances représentent seulement 4% de tous les entrepreneurs, mais sont responsables de 38% de la création d’emplois. Leur impact dans la collectivité est indéniable.

 

Une entreprise à fort potentiel est orientée davantage vers l’exportation et l’innovation et capable de générer au moins 1, 5 millions en vente et 10 emplois en moins de trois ans (ou 20 emplois sur 5 ans). L’innovation n’est pas seulement technologique. Elle doit être vue dans un sens large, peu importe le secteur d’activité.

 

Ces entreprises constituent de véritables locomotives économiques créent de la richesse et qui ont un effet d’entrainement sur la création d’entreprises, plus traditionnelles cette fois, naturellement, sans nécessiter d’intervention gouvernementale.

 

Une communauté doit mettre plus d’effort et beaucoup de concertation pour identifier et soutenir ces locomotives du développement. Et non diluer leurs précieuses forces et leur argent pour soutenir le plus d’entrepreneurs possible, en espérant qu’une sorte du lot et devienne un futur Bernard Arnault, un Richard Branson ou un Guy Laliberté.

Et combien de locomotives faut-il mettre sur les rails chaque année? Certains experts mentionnent qu’il ne faudrait créer que 1 entreprise à fort potentiel par 50 000 habitants pour inverser la tendance.

 

 

 

Publicités

A propos jeanlepage

Œuvrant dans les domaines du développement économique et de l’entreprenariat depuis plus de 25 ans, Jean Lepage a contribué à soutenir un bon nombre d’entrepreneurs dans la création et l’expansion de leur entreprise. Il a aussi lancé à son propre compte plusieurs entreprises. Aujourd’hui, il dirige une équipe composée d’une quinzaine de professionnels en développement économique au sein de Développement économique – CLD Gatineau. Il siège aussi sur plusieurs conseils d’administration et tables de concertation de divers organismes. A titre d’auteur et chroniqueur, il s’intéresse à la créativité et à l’innovation. Auteur du livre " Innover pour prospérer ", il a aussi publié une quarantaine d’articles dans le journal Réseaux.
Cet article, publié dans Cirque du soleil, Communauté entrepreneuriale, Démarrage d'entreprise, Développement local, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s