La valeur d’une idée dans une startup

L’idée constitue la partie romantique de la startup. Développer le nouveau produit constitue est la partie la ludique. Bien des entrepreneurs ont un intérêt marqué pour cette tâche. Ils accordent moins d’importance aux autres fonctions qui constituent pourtant celles qui nécessitent le plus d’effort. Ils ont de la difficulté à transformer leur projet en une entreprise viable parce qu’ils sont trop près de leur produit. Ils perdent ainsi tout sens critique.

S’ils ont la capacité de travailler un produit dans ses moindres détails, ils préfèrent investir leurs énergies dans des tâches qui leur permettront de laisser libre cours à leur créativité sans se soucier des besoins du marché. Le risque de surdéveloppement du produit est élevé. En ajoutant des attributs non désirés des clients, cela le complexifie inutilement et nécessite des ressources qui pourraient être affectées à d’autres fonctions plus utiles, partir à la recherche de clients par exemple. Ou encore, établir des partenariats stratégiques.

Parce qu’ils connaissent bien les limites du produit, après tout c’est eux qui l’ont créé, c’est leur bébé et ils aiment le voir sous sa meilleure forme, ces entrepreneurs ont tendance à vendre la prochaine génération de spectacle, de logiciel, de livres, etc. plutôt que de se satisfaire de ce qu’ils ont déjà en main. C’est le cas de bien des ingénieurs, des artisans ou des inventeurs. Plutôt que vendre les « plus » de leur produit, ils cachent ses « moins » en travaillant sur la prochaine version. Les versions se succèdent, sans qu’aucune ne soit assez prête pour le marché jusqu’à ce que la fenêtre de l’opportunité se referme ou que la startup doit fermer par manque de ressources ou par l’épuisement de l’entrepreneur.

Publicités

A propos jeanlepage

Œuvrant dans les domaines du développement économique et de l’entreprenariat depuis plus de 25 ans, Jean Lepage a contribué à soutenir un bon nombre d’entrepreneurs dans la création et l’expansion de leur entreprise. Il a aussi lancé à son propre compte plusieurs entreprises. Aujourd’hui, il dirige une équipe composée d’une quinzaine de professionnels en développement économique au sein de Développement économique – CLD Gatineau. Il siège aussi sur plusieurs conseils d’administration et tables de concertation de divers organismes. A titre d’auteur et chroniqueur, il s’intéresse à la créativité et à l’innovation. Auteur du livre " Innover pour prospérer ", il a aussi publié une quarantaine d’articles dans le journal Réseaux.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s