5 pratiques exemplaires pour créer sa startup

Jean Lepage

Dans le monde des startups, la méthode du lean startup est maintenant considérée comme une référence. C’est une bonne chose!  Depuis l’éclatement de la bulle spéculative au début des années 2000, plusieurs gourous de l’entrepreneuriat, dont Steve Blank et Clayton Christensen, ont entrepris la tâche complexe de redéfinir les principes de base qui mènent à la création d’une startup. Ils ont élaboré des processus plus efficaces, le lean startup, pour transformer les idées en entreprises exceptionnelles. Comment faire? Tout d’abord, en accordant autant d’importance aux fonctions vente, production et gestion de projets. Ensuite, en développant une méthodologie rigoureuse axée sur le développement de la clientèle, dès le début des démarches de l’entrepreneur. Désormais, la création d’une entreprise ne se fait plus dans le confort et la sécurité de son bureau. L’entrepreneur doit trouver l’information dont il a besoin sur le terrain, au contact de ses clients potentiels, en interagissant avec d’autres gens qui possèdent cette information.

brain-post-it

Le Lean Startup n’est pas seul. Il existe plusieurs pratiques exemplaires en entrepreneneuriat. Que ce soit la stratégie de l’océan bleu, le «Design Thinking», l’effectuation, le prototypage rapide, le «Discovery Driven Planning», le plus important c’est d’adopter un processus qui portera une attention sur un problème non résolu du client qui à travers la validation des hypothèses et les multiples itérations, la startup découvrira une solution qui peut bénéficier d’un effet de levier important. Voici donc cinq pratiques exemplaires en entrepreneuriat :

L’effectuation

L’effectuation est du domaine de la cognition sociale.   En effectuation, la réussite du projet dépend de la capacité de susciter des engagements. Sans engagement de parties prenantes, le projet se retrouve dans une impasse. L’effectuation permet la coconstruction en alignant le déroulement du projet en fonction des cinq grands principes de l’effectuation.

Ces grands principes sont : 1 — partir avec ce que l’on possède déjà, 2 — considérer sa perte acceptable, 3 — former des partenariats stratégiques pour avoir accès à d’autres ressources, 4 — tirer parti des surprises et 5 — agir sur quoi nous avons du contrôle.

Le Design Thinking

Le Design Thinking est une approche de l’innovation et de sa gestion qui est une synthèse entre la pensée analytique et la pensée intuitive. Il s’appuie beaucoup sur un processus de co-créativité impliquant l’utilisateur final. Le processus d’innovation comporte cinq étapes : 1- l’empathie [la détermination des besoins réels du client] ; 2- l’appropriation [la compréhension de ces besoins] ; 3- l’idéation [la production d’idées neuves visant à répondre à ces besoins] ; 4- le prototypage [l’élaboration d’un outil permettant de tester les réponses identifiées] ; et 5- le test [l’expérimentation de l’outil].

L’approche SynOpp

Avec l’approche SynOpp, c’est l’entrepreneur, et non le marché, qui crée l’entreprise. À chaque entrepreneur correspond une vision qui va le conduire à une série de réflexions, de prises de décisions et d’actions.

Les interactions sur le terrain (rencontre avec les futurs clients, découverte de son environnement …), les ressentis et les aspirations propres à l’entrepreneur sont consignés dans un journal de bord. Au final, il dispose de suffisamment de recul pour valider la rentabilité de son projet d’entreprises. L’approche SynOpp repose sur une démarche itérative. L’entrepreneur doit se demander :

  • Quel est le besoin à combler ?
  • Quel est le segment de clientèle le plus à même de consommer : son profil, ses habitudes ?
  • Quels sont ses avantages concurrentiels ?
  • Le projet est-il viable ? Pourquoi ?
  • Quelles sont les incertitudes et quels sont les risques liés au développement du projet
  • Quel est le point de départ du projet, sa version la plus simple pour démarrer ?
  • Quel est le plan d’action pour développer le projet ?

Le Discovery-Driven Planning

Le discovery-driven planning permet aux dirigeants de se rendre compte de la réalité de leur entreprise, de voir les possibilités d’innovation qui s’offrent à eux, ainsi que les voies possibles d’expérimentation et d’apprentissage. L’outil incorpore 5 disciplines :

  • La définition des conditions de succès de l’initiative;
  • Le benchmarking des paramètres de marché et des facteurs de compétition;
  • La spécification des besoins opérationnels;
  • La documentation des hypothèses;
  • Les points de contrôles spécifiques.

Le Lean Startup

La méthode repose sur la vérification de la validité des concepts, l’expérimentation scientifique et le design itératif. Elle tend à réduire les cycles de commercialisation des produits, à mesurer régulièrement les progrès réalisés, et à obtenir des retours de la part des utilisateurs. Dans cette optique les entreprises, en particulier les startups, cherchent à concevoir des produits et services qui satisfont au mieux la demande de leurs consommateurs, avec un investissement initial minimal. Le Lean Startup est vu comme une méthode d’amélioration continue du produit en trois étapes : construire – mesurer – apprendre.

Tout produit est un ensemble d’hypothèses qu’il va falloir valider de façon qualitative et quantitative sur le terrain. Ces hypothèses, en particulier les plus risquées, doivent être validées par un MVP ou Minimum Viable Product.

Pour connaitre les différences entre l’effectuation et le lean startup, cliquez ici

Pour télécharger gratuitement mon dernier livre sur l’accompagnement des startups, cliquez ici

Publicités

A propos jeanlepage

Œuvrant dans les domaines du développement économique et de l’entreprenariat depuis plus de 25 ans, Jean Lepage a contribué à soutenir un bon nombre d’entrepreneurs dans la création et l’expansion de leur entreprise. Il a aussi lancé à son propre compte plusieurs entreprises. Aujourd’hui, il dirige une équipe composée d’une quinzaine de professionnels en développement économique au sein de Développement économique – CLD Gatineau. Il siège aussi sur plusieurs conseils d’administration et tables de concertation de divers organismes. A titre d’auteur et chroniqueur, il s’intéresse à la créativité et à l’innovation. Auteur du livre " Innover pour prospérer ", il a aussi publié une quarantaine d’articles dans le journal Réseaux.
Cet article, publié dans Communauté entrepreneuriale, Démarrage d'entreprise, Effectuation, Entreprendre et réussir, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 5 pratiques exemplaires pour créer sa startup

  1. jeremiedornbusch dit :

    Le problème du Lean startup est que beaucoup pensent que c’est une check-list afin de réussir sa startup.

    Hors ce n’est pas une check-list, beaucoup ne comprennent pas qu’il ne suffit pas de parler à 10 personnes dans la rue afin de valider son marché !

    Et qu’au final ce sont des choses qu’il faut faire continuellement, et pas seulement à un instant donné.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s